Retour

Virus du Nil occidental

Virus du Nil occidental

QUESTIONS ET RÉPONSES

1. Comment se transmet le virus du Nil occidental (VNO)?
Les moustiques attrapent le virus du Nil occidental en se nourrissant du sang d'un oiseau infecté. Ces moustiques infectés peuvent transmettre le virus aux animaux et aux humains en les piquant pour se nourrir. Le virus se propage alors dans le sang et peut causer une infection. Des cas de transmission du VNO par transfusion de sang et transplantation d'organes ont été confirmés au Canada et aux États-Unis.

2. Quels sont les symptômes de l'infection par le virus du Nil occidental (VNO)?
La plupart des gens infectés n'ont aucun symptôme. Une personne sur cinq va présenter une infection légère et seulement une sur 150 développera une maladie sévère atteignant le cerveau et nécessitant une hospitalisation. Quand l'infection provoque la maladie, les symptômes de l’infection au VNO apparaissent en général dans un délai de 4 à 8 jours (après le contact infectieux) et la maladie dure environ 7 jours.

L'étendue et la gravité des symptômes varient beaucoup d'une personne à l'autre. Dans les cas légers, les symptômes peuvent s'apparenter à ceux de la grippe : fièvre, maux de tête et douleurs physiques.

3. Existe-t-il un traitement contre cette infection?
Il n'y a pas de traitement spécifique contre l'infection causée par le virus du Nil occidental. Les cas sévères nécessitent une hospitalisation.

4. Une personne peut-elle contracter le VNO en donnant du sang?
Non. Les donneurs ne peuvent pas contracter le VNO en donnant du sang. Tout le matériel utilisé pour prélever le don de sang est stérile et jeté après usage. Il importe de rassurer les Québécois et les Québécoises pour qu’ils continuent à donner du sang dans le cadre des collectes qui sont organisées partout sur le territoire.

5. Existe-t-il un test pour détecter le virus du Nil occidental dans les dons de sang?
Héma-Québec utilise un test permettant la détection des acides nucléiques du virus du Nil occidental (VNO) dans le sang des donneurs. En effet, depuis le 25 juin 2003, tous les dons de sang prélevés sont analysés avec le test produit par la compagnie Roche Diagnostics, remplaçant le test développé par le groupe de R&D d’Héma-Québec qui avait été mis en place le 18 juin 2003.

6. Que se passe-t-il lorsque des personnes qui présentent des symptômes d'infection au VNO offrent de donner du sang?
Lorsque des personnes présentent des symptômes d'infection par le VNO, il se peut qu'elles soient infectées. Aussi, puisque Héma-Québec exclut déjà les donneurs potentiels qui présentent des symptômes d'infection, ces donneurs ne seront pas retenus pour le don de sang.

De plus, à l’instar des autres fournisseurs de sang d’Amérique du Nord Héma-Québec a introduit une question supplémentaire posée par l’infirmière à chaque donneur de sang afin de savoir si au cours des 7 derniers jours, il a eu de la fièvre accompagnée de maux de tête. Si la réponse est positive, le donneur sera exclus pour une période de 55 jours.

7. Que fait-on dans le cas d'une personne probablement infectée qui a donné du sang?
Héma-Québec:

  • met en quarantaine les produits de transfusion qui contiennent le sang de cette personne;
  • met en quarantaine les produits qui sont en attente d'un conditionnement ultérieur;
  • exclue cette personne de la liste de donneurs.

Si des tests plus approfondis révèlent que la personne n'est pas infectée, la quarantaine sera levée et la personne pourra recommencer à donner du sang, à moins que d'autres raisons n'exigent son exclusion.

8. Que fait-on dans le cas d'une personne infectée qui a donné du sang?
Héma-Québec:

  • retire tout produit de transfusion qui contient le sang de cette personne;
  • retire tout produit en attente d'un conditionnement ultérieur;
  • exclue cette personne de la liste des donneurs pendant une période de huit semaines à partir de la date de l'infection probable.

    9. Pourquoi permet-on aux personnes infectées de donner du sang de nouveau après une exclusion temporaire?
    Le virus du Nil occidental ne reste dans le sang d'une personne infectée que pendant quatre à sept jours. Après cette période, le sang contient des anticorps, mais non le virus comme tel. L'infection ne se transmet que si le sang contient le virus actif. Il est possible de donner du sang de nouveau après une période d’exclusion temporaire. Le délai appliqué constitue une marge de sécurité additionnelle visant à assurer que le virus n'est plus présent dans le sang

Pour plus de renseignements, nous vous invitons à consulter les sites du ministère de la Santé et des Services sociaux www.virusdunil.info et
de Santé Canada (www.hc-sc.gc.ca/francais/virus_nil/index.html).

Affaires publiques – Héma-Québec, le 28 mai 2004

Retour