Retour

En accord avec le rapport Krever, HÉMA-QUÉBEC propose de nouvelles mesures d'exclusion pour la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ)

En accord avec le rapport Krever, HÉMA-QUÉBEC propose de nouvelles mesures d'exclusion pour la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ)

Ces mesures toucheront les personnes ayant voyagé au Royaume-Uni, en France et dans certains autres pays d'Europe de l'Ouest.

Ville Saint-Laurent, le 30 août 2001 - HÉMA-QUÉBEC exclura, le 1er octobre 2001, les donneurs ayant séjourné, depuis 1980, trois mois et plus en France et cumulativement six mois et plus dans les pays désignés comme pays de l'Europe de l'Ouest (incluant la France), soit : l'Allemagne, l'Italie, la Hollande, la Suisse, l'Autriche, la Belgique, l'Espagne, la République d'Irlande, le Portugal, le Danemark, le Luxembourg et le Liechtenstein. L'exclusion touchant les donneurs ayant séjourné un mois et plus au Royaume-Uni est maintenue

On se rappellera qu'en septembre 1999, HÉMA-QUÉBEC avait annoncé qu'elle excluait du don de sang et de plasma les donneurs ayant séjourné un mois ou plus au Royaume-Uni et qu'elle faisait de même en août 2000 pour ce qui concerne les donneurs ayant séjourné six mois ou plus en France.

Hier, le Bureau des produits biologiques et radiopharmaceutiques (BPBR) de Santé Canada a demandé aux deux fournisseurs de sang au pays (HÉMA-QUÉBEC et la Société canadienne du sang) de procéder, dans les 90 jours qui viennent, à l'exclusion des donneurs ayant séjourné trois mois ou plus au Royaume-Uni ou en France, entre1980 et 1996, et cumulativement cinq ans ou plus dans les autres pays cités précédemment et ce depuis 1980. Un fournisseur de sang peut toutefois excéder la norme nationale dans de telles circonstances, s'il ne met pas en danger l'approvisionnement en composants sanguins.

L'expérience d'autres mesures d'exclusion, mises en place par le passé, permettent d'anticiper une perte de 3 % sur le nombre des donneurs et HÉMA-QUÉBEC juge pouvoir absorber cette perte. « La transmissibilité par le sang de la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob demeure encore un risque strictement théorique. Mais comme l'a recommandé le juge Krever dans son rapport, nous agissons avec une extrême prudence. Il faut toutefois conserver la réserve de sang à un niveau suffisant pour répondre aux besoins des patients dans les hôpitaux, tout en la rendant la plus sécuritaire possible. C'est pourquoi nous avons établi que nous pouvions continuer à servir les hôpitaux adéquatement avec 3 % de donneurs en moins » a expliqué M. André Roch, adjoint au directeur général aux Affaires publiques d'HÉMA-QUÉBEC.

La variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, généralement reconnue comme une maladie à prion (protéine infectieuse), est une maladie dégénérative du cerveau et toujours fatale. Cette maladie serait causée par l'exposition de l'humain à l'agent causant la « maladie de la vache folle » ou l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), apparue au début des années 80 au Royaume-Uni.

HÉMA-QUÉBEC remercie tous les donneurs de sang et de plasma et fait appel à leur compréhension en leur rappelant que la sécurité des composants sanguins destinés aux patients dans les hôpitaux est et restera sa priorité numéro un.

Mentionnons que cette année, tout comme l'année dernière, les Québécoises et les Québécois se sont montrés très généreux lors des collectes de sang de la période estivale, de sorte que la réserve collective de sang est actuellement à un bon niveau. Elle demeure néanmoins fragile puisqu'une réserve à un bon niveau ne permet de servir les besoins des hôpitaux que pendant quatre jours. Les donneurs doivent donc continuer à se rendre aux collectes de sang pour que cette situation se maintienne.

HÉMA-QUÉBEC et quelque 25 000 bénévoles organisent chaque année 2 000 collectes de sang partout au Québec afin de répondre aux besoins des patients dans les hôpitaux.

Ë l'intérieur du mandat qui lui est confié, HÉMA-QUÉBEC a pour mission de fournir à la population québécoise des composants, des dérivés et des substituts sanguins sécuritaires, de qualité optimale et en quantité suffisante pour répondre aux besoins des hôpitaux, et d'offrir une expertise reconnue et des services spécialisés en immuno-hématologie.

-30-

Questions & Réponses concernant la vMCJ

Retour