Retour

Le gouvernement du Québec, Transplant Québec et Héma-Québec soulignent le premier anniversaire du Registre des consentements au don d'organes et de tissus

Le gouvernement du Québec, Transplant Québec et Héma-Québec soulignent le premier anniversaire du Registre des consentements au don d'organes et de tissus

Québec, le 28 février 2012 – Le ministre de la Santé et des Services sociaux, le docteur Yves Bolduc, le directeur général de Transplant Québec, monsieur Louis Beaulieu, et le président et chef de la direction d’Héma-Québec, le docteur Jean De Serres, ont souligné aujourd’hui le premier anniversaire de la mise sur pied du Registre des consentements au don d’organes et de tissus de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

« Cela fait maintenant un an que nous avons instauré le Registre des consentements au don d’organes et de tissus. Ce registre, qui contribue à faciliter le travail des organismes qui assurent la coordination de ces dons, venait s’ajouter au consentement signifié par l’autocollant apposé sur la carte d’assurance maladie », a déclaré le ministre Bolduc.

Depuis un an, les personnes qui renouvellent leur carte d'assurance maladie, tout comme celles qui s'inscrivent à la RAMQ, reçoivent le formulaire de consentement au don d'organes et de tissus. Les personnes consentantes sont invitées à remplir ce formulaire, à le signer et à le joindre à leur demande. Il est important de noter que les consentements sont recueillis en tout temps. Il est donc possible, pour toute personne qui le désire, d'obtenir le formulaire de consentement avant le prochain renouvellement de sa carte d'assurance maladie en communiquant avec la RAMQ. Elle exprimera ainsi sa volonté d'autoriser le prélèvement, après son décès, d'organes ou de tissus à des fins de greffe. De plus, les citoyens peuvent faire inscrire leur volonté chez leur notaire dans le Registre des consentements au don d’organes et de tissus administré par la Chambre des notaires du Québec, à l’occasion de la rédaction d’un mandat en prévision de l’inaptitude ou d’un testament.

Les informations contenues dans le Registre sont strictement confidentielles et sécurisées. Seuls les organismes qui assurent la coordination des dons d'organes et de tissus, soit Transplant Québec et Héma-Québec, peuvent les consulter. Ainsi, devant la mort imminente ou récente d'un donneur potentiel, le directeur des services professionnels d'un établissement pourra vérifier l'existence d'un consentement en communiquant avec ces organismes.

« Transplant Québec se réjouit de la progression encourageante de l’inscription des consentements au registre administré par la RAMQ. Nous avons constaté une augmentation des demandes d’information au sujet du don d’organes depuis la mise en service du registre », a déclaré M. Louis Beaulieu, directeur général de Transplant Québec. De plus, il a rappelé qu'il est aussi très important d'informer de vive voix ses proches de sa volonté pour qu'ils la connaissent et qu'ils la respectent au moment du don.

« La création du registre représente une autre initiative visant à rendre plus accessible le consentement au don d’organes et de tissus. Il facilite, de plus, significativement le travail des organismes qui œuvrent dans le domaine. Mais ce qui nous réjouit le plus, c’est que la croissance des inscriptions dans le registre signifie que plus de malades en attente d’une greffe auront une meilleure chance de recouvrer la santé et d’améliorer leur qualité de vie », souligne Dr Jean De Serres, président et chef de la direction d’Héma-Québec.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux en a également profité pour rappeler que l’adoption de la Loi facilitant le don d’organes et de tissus en 2010, qui a mené à la création du Registre, prévoyait aussi le déploiement de certaines mesures visant à favoriser le don d’organes entre personnes vivantes. Parmi celles-ci, notons les modifications apportées à la Loi sur les normes du travailpour protéger le lien d’emploi d’un salarié s’absentant pour un don d’organes, la mise en place d’un programme de remboursement des dépenses encourues par leur démarche, ainsi que la participation du Québec au Registre canadien de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires.

« Avec la mise en place du Registre des consentements au don d’organes et de tissus, le Québec s’est doté d’un outil essentiel qui permettra de recueillir d’avantage de consentements, et ce, afin d’augmenter le nombre de donneurs potentiels. J’invite donc la population à poser un geste unique de solidarité humaine en remplissant le formulaire. En faisant un don d'organes et de tissus à son décès, une personne peut, à elle seule, sauver jusqu'à huit vies et redonner une meilleure qualité de vie à quinze autres personnes », a conclu le docteur Bolduc.

Pour de plus amples renseignements sur le don d'organes et de tissus, consultez le site www.signezdon.gouv.qc.ca.

- 30 -

Source :

Direction des communications
Ministère de la Santé et des Services sociaux

Renseignements :      

Natacha Joncas Boudreau
Attachée de presse du ministre de la Santé et des Services sociaux
418 266-7171

Brigitte Junius
Chef du service des communications et relations publiques
Transplant Québec
514 286-1414, poste 216

Héma-Québec
Ligne médias | 514 832-0871

Retour