Nouvelle étude de séroprévalence des donneurs de sang

À la fin de la deuxième vague pandémique, 15 % de la population adulte du Québec avait développé les anticorps à la COVID-19

Montréal, le 27 mai 2021 — Une deuxième étude de séroprévalence des donneurs de sang, réalisée par Héma-Québec en collaboration avec l’Institut national de santé publique (INSPQ) et en partenariat avec le Groupe de travail sur l’immunité face à la COVID-19 (GTIC), permet d’estimer à 15 % la proportion des adultes du Québec à avoir développé des anticorps au virus de la COVID-19 à la fin de la deuxième vague de la pandémie en mars dernier.

Ces personnes ont développé ces anticorps après avoir été infectées par le SRAS-CoV-2 depuis le début de la pandémie ou après avoir été vaccinées. En excluant les personnes ayant reçu le vaccin, c’est environ 10 % de la population qui a développé des anticorps en raison d’une infection. Les données ont aussi permis de confirmer que la très grande majorité des personnes vaccinées ont développé des anticorps contre le virus. Cette deuxième étude portait sur un échantillon de 7 924 personnes âgées de 18 ans et plus ayant fait un don de sang entre le 25 janvier et le 11 mars.

Rappelons que l’étude effectuée à la suite de la première vague au printemps 2020 avait montré que seulement 2,2 % des personnes testées dans la population des donneurs de sang avaient développé ces anticorps. Après la deuxième vague, il y avait donc au moins trois fois plus de personnes ayant fait l’infection. Sur la base des résultats, l’étude permet d’extrapoler à près de 600 000 le nombre de personnes de 20 à 69 ans ayant développé des anticorps à la COVID-19 suite à une infection depuis le début de la pandémie. Rappelons aussi que la première étude avait montré qu’au moins la moitié de ces infections ne donnent aucun symptôme.

Des écarts selon les groupes d’âge, le genre et les régions

L’analyse des résultats démontre que les taux de séroprévalence sont plus élevés chez les jeunes et diminuent progressivement selon l’âge. Il s’établit à 19 % pour les 18 à 24 ans, à 16,7 % pour les 25 à 39 ans, à 14,4 % pour les 40 à 59 ans, à 9,8 % pour les 60-69 ans et à 9,5 % chez les 70 ans et plus.

Une différence significative est observée selon le sexe, alors que la séroprévalence se situe à 16,9 % chez les femmes alors qu’elle n’est que de 12,5 % chez les hommes.

Sans trop de surprises, ce sont les régions de Laval et Montréal qui enregistrent les taux les plus élevés de séroprévalence, à 18,5 % et 16,7 %. L’étude montre également que la séroprévalence en Mauricie-Centre-du Québec, à 15,8 %, était à nouveau plus élevé que la moyenne québécoise. La région Chaudière-Appalaches suit de très près à 15,6 %. Les autres régions affichaient des mesures sous la moyenne québécoise.

La vaccination viendra changer la donne

Un des constats importants de l’étude est de confirmer qu’à la fin de la deuxième vague, seule une faible proportion de la population était immunisée, rappelant l’importance de poursuivre les efforts de vaccination.

Les donneurs de sang : un groupe témoin d’intérêt

Les activités de collectes de sang à l’échelle du Québec font des donneurs de sang un groupe représentatif de la population générale. Héma-Québec a la capacité de réaliser une telle étude, du fait qu’elle prélève déjà systématiquement des échantillons de sang sur chaque don de sang et dispose de laboratoires et de l’expertise pour réaliser ces tests. Les activités de collecte de sang étant critiques et essentielles, elles ont été maintenues sans interruption dans la plupart des régions depuis le début de la pandémie. Des échantillons de donneurs de sang ont ainsi été prélevés dans 14 des 18 régions sociosanitaires lors de la deuxième étude.

Une troisième étude similaire de séroprévalence sera réalisée dans les prochains mois, à la demande des autorités de santé publique, afin de poursuivre la surveillance de l’évolution de la séroprévalence à la COVID-19 dans la population québécoise.

À propos d’Héma-Québec

Héma-Québec a pour mission de répondre avec efficience aux besoins de la population québécoise en sang et autres produits biologiques d’origine humaine de qualité. Héma-Québec, c’est 1 500 employés, près de 255 000 donneurs de sang, plasma, cellules souches, lait maternel et tissus humains, en plus de milliers de bénévoles sur des sites de collecte de sang. Héma-Québec livre annuellement près de 820 000 produits biologiques d’origine humaine aux hôpitaux du Québec pour subvenir aux besoins des malades.

Donnez du sang. Donnez la vie.

— 30 —

Renseignements :

Héma-Québec
Ligne médias | 514 832-0871
www.hema-quebec.qc.ca