Critères de qualification

Homme ayant eu une relation sexuelle avec un homme

Un homme dont la dernière relation sexuelle avec un autre homme remonte à 3 mois ou plus peut faire un don.

Héma-Québec mettra en place, en 2022, un critère de sélection des donneurs plus inclusif pour le don de plasma. Il est prévu d’étendre cette mesure à tous les types de don (sang, plasma et plaquettes) en 2023.

Apprenez-en plus :


Phase 1 - Le don de plasma plus inclusif à l'automne 2022

Santé Canada a approuvé une demande d’Héma-Québec qui rendra le don de plasma plus inclusif, sans affecter la sécurité pour les receveurs. Ce changement entrera en vigueur dès l’automne 2022 et permettra :

  • à un plus grand nombre d'hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes de pouvoir faire un don de plasma;
  • à Héma-Québec d’abandonner l’actuelle période d’exclusion temporaire du don de plasma pour les hommes ayant eu une sexualité active au cours des trois derniers mois.

L'admissibilité au don de plasma sera ainsi fondée sur une évaluation individualisée des comportements à risque, plutôt que sur l’appartenance de la personne à un groupe considéré à risque.

La nouvelle approche fait en sorte que toute personne – quel que soit son sexe, son genre ou son orientation – qui se présentera pour donner du plasma se verra demander si elle a eu des relations sexuelles et, le cas échéant, quels ont été ses comportements sexuels récents. Par exemple, les hommes ayant eu le même partenaire sexuel au cours des trois derniers mois pourront se qualifier au don, dans la mesure où ils se conformeront aux autres critères de sélection.

Héma-Québec a décidé de procéder en deux étapes, en débutant par le don de plasma. Les raisons de procéder de la sorte sont les suivantes :

  • Ce processus en deux temps présente un niveau d’acceptabilité plus grand pour les groupes de receveurs de produits sanguins.
  • La transformation du plasma destiné à la fabrication de médicaments comporte des mesures de sécurité supplémentaires, que l’on ne retrouve pas pour les dons de sang et de plaquettes. Le plasma de fractionnement est en effet traité à la chaleur et chimiquement afin d’inactiver les virus et pathogènes potentiels, ce qui diminue encore plus le risque (le rendant pratiquement inexistant).

 

 

Phase 2 - Les dons de sang, de plaquettes et de plasma plus inclusifs au printemps 2023

Héma-Québec prévoit, dans les mois suivant la première phase, déposer une nouvelle demande d’assouplissement à Santé Canada.

Héma-Québec prévoit étendre la mesure aux autres types de don (sang total et plaquettes) dans les mois qui suivront l’implantation du don de plasma plus inclusif. Dans un tel cas, Héma-Québec pourrait élargir le critère plus inclusif au printemps 2023.

Depuis 2013, Héma-Québec multiplie les efforts afin d’obtenir des données probantes qui lui permettront d’assouplir les critères de qualification auprès des hommes ayant eu des relations sexuelles avec des hommes, sans affecter la sécurité des receveurs.

Les données recueillies jusqu’ici lui ont permis de déposer quatre demandes d’assouplissements du critère de qualification touchant tout homme ayant eu une relation sexuelle avec un autre homme. Ces demandes ont été acceptées par Santé Canada sur la démonstration qu’elles n’affectaient pas la sécurité des produits sanguins.

Héma-Québec entend poursuivre ses démarches afin de rendre le don de produits sanguins plus inclusif et accessible pour les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, dès le printemps 2023.

Héma-Québec souhaite non seulement faire progresser les critères d’admissibilité vers une plus grande diversité et une plus grande inclusion, mais elle est également soucieuse de mieux comprendre et d’améliorer l’expérience qu’elle offre aux communautés LGBTQ+. C’est pourquoi en 2020, elle a mandaté une équipe de recherche de l’UQAM pour réaliser une analyse à ce sujet. Il en est ressorti des pistes d’amélioration dont plusieurs pourront être déployées prochainement.

En juin 2021, Héma-Québec a aussi mis à jour l’ensemble de ses messages destinés aux hommes ayant eu des relations sexuelles avec d’autres hommes. À la suite de ces changements, une analyse qualitative – réalisée par la firme Influence Communication – a démontré qu’ils étaient bien accueillis.