Les Prix du Québec 2005

Onze personnalités des domaines des sciences et de la culture honorées
Québec, le 8 novembre 2005 – Lors de la cérémonie de remise des Prix du Québec qui a eu lieu cet après-midi à l'Assemblée nationale, le ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, M. Claude Béchard, et la ministre de la Culture et des Communications, Mme Line Beauchamp, ont rendu un hommage particulier à onze personnalités pour leur contribution exceptionnelle au développement scientifique et culturel du Québec.

« Les Prix du Québec sont l’instrument privilégié par lequel le gouvernement exprime sa reconnaissance à des hommes et à des femmes pour leur parcours professionnel à l’origine d’avancées marquantes dans onze disciplines du vaste univers de la culture et des sciences. C’est l’occasion, au nom de l’ensemble des Québécois et des Québécoises, de leur dire toute notre admiration pour l’œuvre qu’ils ont accomplie et qui revêt une valeur exemplaire pour les générations montantes », ont souligné les deux ministres.

Les cinq prix scientifiques sont :

  • Le prix Léon-Gérin (sciences humaines) est attribué à Marc Angenot, professeur au Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill depuis près de 40 ans. Théoricien littéraire de grande notoriété et chercheur en lettres et en sciences humaines des plus féconds, M. Angenot a créé, de par ses travaux, une véritable discipline qui a contribué à l’avancement de la recherche, notamment dans le domaine de l’analyse du discours social;
  • Le prix Armand-Frappier (développement d'établissements de recherche, administration ou promotion de la recherche) est remis à Francine Décary, éminente professeure-chercheuse et gestionnaire de haut calibre. Mme Décary travaille depuis plus de 30 ans en médecine transfusionnelle et a acquis une réputation internationale, notamment en tant que présidente-fondatrice d’Héma-Québec, devenu un modèle en matière d’approvisionnement en produits sanguins à l’échelle mondiale;
  • Le prix Wilder-Penfield (sciences biomédicales) est accordé à Michel G. Bergeron, clinicien-chercheur de grande renommée et professeur titulaire de microbiologie à l’Université Laval depuis 1983. On doit notamment au Dr Bergeron la fondation du Centre de recherche en infectiologie de l’Université Laval, en 1994. Les nombreuses approches novatrices élaborées par Michel G. Bergeron ont mené à plusieurs découvertes dans le domaine de la microbiologie et de l’infectiologie, telles que la mise au point de tests diagnostiques rapides à partir de l’ADN des microbes;
  • Le prix Lionel-Boulet (recherche et développement en milieu industriel) est attribué à Henry L. Buijs, reconnu internationalement comme une autorité dans le domaine de la spectrométrie infrarouge à transformée de Fourier et dans la conception de techniques analytiques. Sa principale réalisation professionnelle est la fondation de l’entreprise spécialisée Bomem, désormais propriété du groupe suisse ABB, qui exploite l’énorme potentiel commercial de ses technologies. Aujourd’hui, cette entreprise constitue un pôle d’excellence mondialement reconnu dans le domaine de l’instrumentation spectrométrique;
  • Le prix Marie-Victorin (sciences de la nature et du génie) est décerné à Pierre Legendre, prodigieux chercheur et professeur titulaire au Département de sciences biologiques à l’Université de Montréal depuis 1984. Écologiste parmi les plus respectés dans le monde, M. Legendre doit sa notoriété principalement à ses travaux dans le domaine de l’écologie numérique. Ses ouvrages, notamment celui intitulé Écologie numérique, font maintenant autorité en la matière.

 Les six prix culturels sont :

  • Le prix Paul-Émile-Borduas (arts visuels, métiers d'art, architecture et design) est remis à Micheline Beauchemin, sculpteur-licier, qui a travaillé la fibre sous toutes ses formes, synthétiques, textiles et métalliques, et dont l’œuvre lumineuse repose sur un mariage audacieux de techniques anciennes (la construction textile) et de matériaux nouveaux;
  • Le prix Denise-Pelletier (arts d'interprétation) rend hommage à Clémence DesRochers, monologuiste, comédienne, animatrice, chanteuse et poète qui, tout au long de sa carrière, a su toucher un vaste public en donnant la parole à des gens simples et a ouvert la voie à une génération de monologuistes attentifs à rendre compte de la vie au quotidien tout en faisant valoir ses convictions féministes;
  • Le prix Athanase-David (littérature) est attribué à Pierre Nepveu, poète, essayiste et romancier, qui n’a cessé de mettre en question le rapport aux lieux dans sa poésie et de proposer, dans ses essais et dans son enseignement universitaire, une lecture renouvelée de la parole des poètes québécois qui l’ont précédé;
  • Le prix Gérard-Morisset (patrimoine) est décerné à Cyril Simard, ethnologue, pour son indéfectible engagement, comme chercheur et gestionnaire, à faire vivre et revivre les traditions artisanales en n’oubliant jamais de les actualiser et de les inscrire dans le contexte économique du tourisme culturel, ce qui s’est notamment traduit par la mise en œuvre du concept novateur des économusées;
  • Le prix Albert-Tessier (cinéma) est attribué à Fernand Dansereau, réalisateur, scénariste et producteur, dont le parcours professionnel rappelle l’importance de l’ancrage du créateur dans la réalité sociale qu’il dépeint, tant dans ses documentaires sur le prolétariat que dans ses œuvres de fiction, cinématographiques ou télévisuelles;
  • Le prix Georges-Émile-Lapalme (promotion de la langue française) souligne l’exceptionnelle carrière de Jean-Marc Léger, journaliste et haut fonctionnaire, qui a, dès les années 50, incité ses collègues et contemporains à faire de la maîtrise de la langue française un objet de fierté nationale et qui a été un des principaux acteurs de la création des organismes internationaux qui sont à la base de la Francophonie.

 Des entrevues d’une durée d’environ trois minutes ont été réalisées avec les lauréats et les lauréates des Prix du Québec. Il est possible de les visionner à l’adresse suivante : www.prixduquebec.gouv.qc.ca.

Rappelons que les Prix du Québec, qui existent depuis 1977, consistent en une bourse de 30 000 $ remise à chaque lauréat, qui reçoit en plus un bouton de revers portant le symbole des Prix du Québec, un parchemin calligraphié et une médaille en argent, création exclusive, cette année, de la joaillière Josée Desjardins. Les médailles sont présentées dans un écrin réalisé par la relieure Lorraine Choquet.