Virus Zika et autres virus similaires – Héma-Québec implante une nouvelle mesure pour assurer la sécurité des produits sanguins

Montréal, le 3 février 2016 – Les donneurs de sang de retour d’un séjour à l’étranger devront répondre, à partir de ce dimanche 7 février, à un nouveau critère d’admissibilité au don de sang. Cette mesure vise non seulement les risques liés au virus Zika, mais également d’autres virus similaires. C’est le cas notamment de la fièvre Dengue et du Chikungunya.

Afin d’identifier les personnes susceptibles de présenter un risque quant à ces infections, une nouvelle question est ajoutée au questionnaire auquel doivent répondre les donneurs. Dorénavant, pour préserver la sécurité des produits sanguins, une personne ayant séjourné dans toute destination autre que la portion continentale des États-Unis ou en Europe devra attendre 21 jours après son retour au Canada avant de faire un don de sang.

Cette mesure de précaution permettra d’éviter que des personnes ayant possiblement contracté ces infections dans les pays touchés puissent faire un don alors qu’elles sont encore porteuses du virus, ce qui peut être le cas pendant quelques jours suivant leur retour de voyage. Bien que ce risque soit jugé minime et que de telles situations ne soient jamais survenues au Québec, Héma-Québec opte ainsi pour une approche proactive qui vise les régions du globe où d’autres infections émergentes de cette nature sont susceptibles de survenir à large échelle.

Héma-Québec estime que moins de 2 % des donneurs seront visés par cette nouvelle mesure et que son adoption n’aura aucune incidence sur le niveau de la réserve collective de sang.

« La sécurité de l’approvisionnement en produits sanguins des Québécois est une priorité de tous les instants. C’est pourquoi nous surveillons de près l’émergence de nouvelles maladies transmissibles par le sang et n’hésitons pas à appliquer les mesures de précaution nécessaires dans le but de nous assurer que nos produits sanguins sont sécuritaires », a déclaré Serge Maltais, président et chef de la direction d’Héma-Québec.

Zika et transfusion sanguine

Le virus Zika se transmet principalement par la piqûre d’un moustique. Le Center for Disease Control indique que le virus Zika est transmissible par le sang. L’agence recense un signalement de transmission par transfusion sanguine au Brésil. Aucun cas de transmission par la transfusion n’est rapporté au Québec.

Les deux moustiques vecteurs du virus (Aedes albopictus et Aedes aegypti) ne sont pas présents au Québec. Ces moustiques sont aussi les principaux vecteurs du Chikungunya et de la fièvre Dengue, deux pathogènes sur lesquels Héma-Québec exerce une vigilance depuis plusieurs années.

Rappelons que dans l’attente de l’adoption de ce nouveau critère de sélection, Héma-Québec demande, depuis le 29 janvier dernier, aux personnes ayant séjourné récemment dans les zones identifiées à risque élevé pour le Zika (Mexique, Amérique Centrale, Amérique du Sud, Caraïbes et Cap-Vert) d’attendre 30 jours après leur retour au Canada avant de se présenter sur un site de collecte. La nouvelle mesure remplace cette recommandation.

À propos d’Héma-Québec

Héma-Québec a pour mission de répondre avec efficience aux besoins de la population québécoise en sang et ses dérivés, en tissus humains, en sang de cordon, en lait maternel et en produits cellulaires sécuritaires et de qualité optimale; développer et offrir une expertise et des services spécialisés et novateurs dans le domaine des produits biologiques humains.

Héma-Québec, c’est près de 1 300 employés, plus de 300 000 présences de donneurs sur des sites de collecte de sang par année, 16 000 bénévoles et plus de 500 000 produits sanguins livrés annuellement aux hôpitaux du Québec pour subvenir aux besoins des malades. Donnez du sang. Donnez la vie.

– 30 –

Renseignements

Héma-Québec
Ligne médias : 514 832-0871
www.hema-quebec.qc.ca