Mise au point d'Héma-Québec

Montréal, le 28 janvier 2003 - Dans le cadre du renouvellement des conventions collectives avec ses huit syndicats d'employés, Héma-Québec et les représentants syndicaux ont entrepris, au printemps 2000, une négociation par intérêts.

La négociation par intérêts implique que les deux parties discutent de problématiques communes et conviennent de solutions communes (ex. l'absentéisme, les horaires de travail, etc.). " La négociation par intérêts est un processus sérieux qui exige que l'on investisse du temps et des ressources. À terme, il s'agit d'une approche gagnante pour tous " d'expliquer M. André Roch, adjoint au directeur général - Affaires publiques d'Héma-Québec.

À ce jour, la négociation a mené à la ratification de quatre conventions par les assemblées concernées; un projet de convention a récemment été rejeté par les membres contrairement à la recommandation de leur exécutif et trois projets de convention sont à conclure avec la CSN. Parmi ces trois, se trouve le Syndicat des travailleuses et travailleurs d'Héma-Québec. Les points principaux à finaliser portent sur le régime de retraite et les assurances collectives. Héma-Québec considère que le dossier suit son cours puisque deux rencontres sont déjà prévues, les 29 et 30 janvier prochains, entre les négociateurs des parties et leurs actuaires.

Créée en septembre 1998, Héma-Québec a pour mission de fournir avec efficience des composants et des substituts sanguins sécuritaires, de qualité optimale et en quantité suffisante pour répondre aux besoins de la population québécoise; et d'offrir et de développer une expertise, des services et des produits spécialisés et novateurs dans les domaines de la médecine transfusionnelle et de la greffe de tissus humains. Pour remplir cette mission, Héma-Québec applique des standards élevés qui lui ont déjà permis de se démarquer non seulement au Canada, mais en Amérique du Nord et partout dans le monde.

S'il est vrai que l'entreprise vise à devenir chef de file, d'ici 2005, parmi les fournisseurs de produits sanguins en Amérique du Nord, aucun produit sanguin n'est vendu aux États-Unis. Soulignons par ailleurs, qu'Héma-Québec fait affaires avec un fournisseur américain pour le fractionnement des produits sanguins. En effet, un des composants du sang, le plasma, sert aussi à faire des produits stables à partir des protéines qu'il contient. Puisqu'il n'y a pas d'usine de fractionnement du plasma au Canada, la compagnie Bayer, située aux États-Unis, effectue le fractionnement pour le compte d'Héma-Québec et lui retourne les produits fractionnés.

- 30 -